Frugalité numérique : de la notion à l'action

Frugalité numérique : de la notion à l'action

Voici des concepts émergents : la frugalité numérique, la sobriété numérique, le numérique responsable ou encore le numérique durable. Qu'en est-il exactement ? Et d'où viennent ces nouvelles préoccupations ?

Le concept de la frugalité  

La notion de frugalité est essentiellement associée à l'alimentation. On parle de "repas frugal" pour parler d'un repas simple, léger. Mais cette notion de sobriété est en train d'envahir de nouvelles sphères. On entend désormais parler de frugalité économique, d'innovation frugale... Pour le premier, il s'agit de "faire mieux avec moins", à savoir maximiser la valeur produite tout en réduisant l'impact sur les ressources, notamment les ressources naturelles. Quant à l'innovation frugale, elle invite à imaginer de nouvelles solutions simples, efficaces et mobilisant peu de moyens. Bref, c'est la notion de frugalité économique appliquée à l'innovation.

De la frugalité à la frugalité numérique

Mais comment en arrive-t-on à la "frugalité numérique" ? En regardant les chiffres... et ils font mal ! Le numérique représente 4% des émissions de gaz à effets de serre mondiales. Pire que les émissions générées par le trafic aérien civil !
Nous ne nous en rendons pas compte, mais le simple fait de regarder une vidéo génère 8,7g de CO2. Imaginez le volume de CO2 émis après avoir revu toutes les 10 saisons de Friends sur votre canapé à Noël ! Les vidéos sont l'un des plus gros fléaux. La gestion big data et le volume d'information qui transite sur les réseaux sociaux en sont un autre. Mais l'impact du numérique se mesure aussi au niveau de la conception d'un simple site internet.

L'émergence d'actions vers un numérique responsable 

Le coût environnemental du numérique est connu depuis plus d'une décennie. D'où la naissance de démarches pour aider entreprises, agences et développeurs à concevoir et mettre en œuvre des approches numériques éco responsables (notamment moins consommatrices d'électricité).
La CCI de l'Hérault propose par exemple des formations certifiantes pour réduire l'impact environnemental des systèmes d'information dont les sites internet. Des collectifs proposent aussi méthodes d'évaluations et livres blancs sur ce sujet. Au niveau national, un programme de recherche soutenu par l'Ademe - negaoctet.org - est en cours pour définir un référentiel commun des bonnes pratiques et mesures.

 

Promis, nous vous concocterons dans les mois à venir une check-list des pratiques recommandées pour la conception de sites web responsables.

Parution : 04/03/2020

Fil RSS