Communication des start-up : que de clichés !

Communication des start-up : que de clichés !

30/01/2019

Communication start-up

Une surface vitrée avec des post-it. Un bureau minimaliste bien rangé vu d’en haut. Des jeunes équipés de portables travaillant sur de longues tablées en bois. Un jeune à la barbe naissante et aux cheveux savamment décoiffés. Un baby-foot. Une armada de collaborateurs arborant le logo de leur start-up sur leur tee-shirt… si possible en train de sauter de joie, bras en l’air… Qu’ont en commun ces images ? Ce sont les photos types de la start-up… et ça nous amuse. La start-up, on n’est pas contre. Bien au contraire. C’est synonyme d’entrepreneuriat, d’avenir, d’innovation. Mais quand toutes les start-up utilisent les mêmes clichés… ce n’est plus du tout innovant.

La faute à qui ? Sans doute au manque de moyen : la communication passe en dernier. Peut-être au manque de temps : on se consacre à l’essentiel et donc pas à la communication. Du coup, dès qu’il s’agit de mettre une photo en ligne sur le site internet, on fonce sur le stock Adobe ou sur Shutterstock et on rajoute une photo de banque d’images à d’autres photos de banques d’images. La faute au manque d’expérience, sans doute aussi. À la tête d’une start-up, il y a souvent de jeunes ingénieurs ou ingénieux centrés - à juste titre - sur l’idée de génie qu’ils viennent de développer. La com’, ils n’y pensent pas. Ou bien, pensent qu’ils peuvent s’en affranchir : leur idée est tellement disruptive qu’elle parle d’elle-même. Ou encore la faute aux réseaux sociaux qui « instagramisent » (entendez pas là « formatent ») toute approche créative ? Ou alors, la faute au mimétisme : faire du Marc Zuckerberg pour devenir un Marc Zuckerberg ?

Qu’importe le pourquoi ! A force d’user des mêmes clichés, les start-up en perdent leur force. Et la force de toute entreprise - qu’elle soit une start-up ou une entreprise des plus traditionnelles - est de mettre en avant ce qu’elle a d’unique en termes de produits ou services et/ou en termes de valeurs. Donc, un conseil aux jeunes pousses : communiquez qui vous êtes… et pas ce que l’on attend de vous. Sortez des sentiers fraîchement battus, mais déjà tellement rabattus !