Et PAF les amis !

Et PAF les amis !

10/10/2013

PATH est un nouveau réseau social

 

En 2004 pour des conférences qu'ils préparaient, Dale Dougherty et Craig Cline mettaient au point le terme Web 2.0 qui décrivait une révolution numérique qui plaçait l'utilisateur au coeur de la technique et de l'attention et qui mettait l'homme en réseau non seulement avec sa machine ou l'information, mais avec les autres hommes.

 

Si aujourd'hui le terme est intégré et ses concepts connus ou tout du moins naturellement utilisés par la majorité d'entre nous, beaucoup s'interrogent déjà sur ce que sera le Web 3-0 et notamment sur l'avenir des réseaux sociaux. 

Quand certains ont plus de 1500 amis sur Facebook et plus de 2000 followers sur Twitter, il est vrai que l'on peut se poser la question :

 

« Quel est encore l'intérêt de la chose ? ».

 

Si certains voient le web 3.0 comme le Web 2.0 en plus nomade (exit l'ordinateur, tout se fera sur téléphones et tablettes, voire sur des lunettes d'ici peu -les fameuses Google Glasses), d'autres, plus philosophes, ne voient pas le Web 3.0 du tout, présageant un internaute éreinté des réseaux et communautés, et se retournant vers la vraie vie.

 

Chez Novelus nous avons opté pour le présage de normand -entendez par là une réponse du nord de la France, en misant sur la solution PATH !

 

PATH est un nouveau réseau social à l'usage de la téléphonie mobile créé par un ancien de Facebook, qui limite la liste d'amis à 50 personnes avec lesquels on peut être hyper-connecté : géolocalisation, accès aux photos, vidéos tchat, des données intimes réservées aux contacts proches. 

La création de ce réseau est parti d'une étude qui démontrait que le cerveau humain ne pouvait pas gérer plus de 150 relations, que nous ne pouvions entretenir des relations régulières qu'avec 20 personnes, et que nous n'avions au plus que 5 amis proches. 

Lancé en novembre 2010, Path compte déjà 2 millions d'utilisateurs, et s'il n'a pas de réel modèle économique, a déjà levé 250 millions de dollars...

 

Path, les amis !