God save creativity !

God save creativity !

12/07/2016

Brexit

On a tous crié « Oh My God ! », tant on n’y croyait pas. Même ceux - semble-t-il aujourd’hui - qui prônaient le « out ». 

Un premier « OMG ! » suivi de bien d’autres : « OMG ! », la livre sterling s’effondre ! « OMG ! », le Royaume Uni se désunit ! « OMG ! », va’m falloir un passeport…

Bref, le UK a mis le monde KO. Un chaos qui risque de se répercuter au niveau de secteur de la créativité. Le site mirror.co.uk rapporte l’inquiétude de l’industrie audiovisuelle britannique quant aux relations avec leurs partenaires européens : comment co-produire après le Brexit ? Comment distribuer les films en Europe après le Brexit ? Le journal rappelle aussi les financements de l’UE, donnant en exemple Game of Thrones dont les tournages réalisés en Irlande du Nord ont été soutenus par des fonds européens. 

Les agences de publicité manifestent elles aussi leur inquiétude. Pour nombre de sociétés américaines, le Royaume Uni est considérée comme la porte d’accès à l’Europe. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le Ad Week Europe (salon de la communication européenne) se déroule à Londres. Le Brexit risque d’avoir des conséquences en termes de relocalisation de grandes agences internationales et de recrutement de jeunes talents. Londres est la 6e ville française (250 000 français) et beaucoup de jeunes font leurs premiers pas dans les agences londoniennes. 

Heureusement, comme dans tout moment de grande turbulence, la créativité reste une valeur sûre. Un bateau auquel on s’accroche. Une lumière qui continue de briller. En attestent le nombre d’illustrations qui ont fleuri dès l’annonce du Brexit. Des drapeaux européens dont l’une des étoiles tombe aux tweets à l’humour corrosif, Dieu merci, God saved creativity !