La tyrannie des réseaux sociaux !

La tyrannie des réseaux sociaux !

14/09/2017

reseau-social-eva-longoria

- Kwoa ! Ton entreprise n’est pas sur Facebook ! Mais ils font quoi à la com’ ?
Vous avez tous déjà entendu cette phrase et, que vous soyez le big boss ou le préposé à la photocopie, vous avez tous le même reflexe. Vite, créons une page FB, un compte Twitter, un profil Linkedin. Et tant qu’on y est, un groupe sur Yammer.

Surtout, ne commettez pas cette erreur ! Freinez des deux pieds, rétrogradez et arrêtez-vous à la première station « réflexion ». Faites d’abord un point sur vos supports de communication. Mes outils print sont actualisés ? Mon site internet est-il a minima responsive ou mobile-frienldy ? Mon blog est-il régulièrement alimenté ?

Ensuite, le prérequis aux réseaux sociaux est le même que pour tout outil de communication : une stratégie.
Pas de RS avant d’avoir posé certaines questions et bien pesé chaque réponse. Quels sont mes objectifs ? Comment construire ou étoffer mon image ? Quel réseau social - question à se poser au singulier avant d’utiliser le pluriel - correspond le mieux à mon produit et à mes cibles ? Quel ton adopter ?

Et oui, en plus de foncer tête baissée, l’autre erreur à éviter est de poster le même contenu sur l’ensemble des réseaux. Au pire, le même contenu doit être rédigé dans un style différent adapté à chaque réseau. Au mieux, une ligne éditoriale doit être définie pour chaque réseau.

Prenons l’exemple de l’Oréal. Sur FB, les posts invitent les « friends » à participer - « Quel est ton vernis favori du moment ? » -  ou informe sur les promos : « #LaPetitePochetteParfaite offerte pour 50 euros d’achat !”. Sur Instagram, la marque joue la carte des mises en scène créatives de ses produits et des photos de ses égéries, célèbres ou pas. Sur Twitter, la marque est plutôt orientée conseil produits : « Pour un teint parfait, on corrige avant d’appliquer son fond de teint avec la palette #TotalCover ! »
Un même sujet, trois lignes éditoriales différentes mais complémentaires.

Alors, toujours partant pour foncer ?