Le poney, ce mal-aimé...

Le poney, ce mal-aimé...

02/06/2014

google Pony

Après l’affaire du Faucon Maltais (1941) ou celle du Pélican (1993), Novelus présente : L’affaire du Poney (2012).

Il y a quelques semaines était publié sur notre mur Facebook un sujet sur le franponais, cette nouvelle tendance marketing japonaise de « franciser » les enseignes « like in Paris » (voir article). L’article est publié pendant un certain temps avant de disparaître aux yeux du public, entendez par là que l’article apparaissait bien sur le mur de la personne qui administrait la page mais était invisible aux yeux des visiteurs de cette même page. Les photos étaient bien dans l’album mais le texte s’était volatilisé.

Mais pourquoi tant de haine Marc Zuckerberg me suis-je donc dit à ce moment là ?
Des heures passées sur les tuto pour comprendre, les plus grands experts consultés pour saisir, les saisons complètes de Colombo et Monk re-visionnées pour aiguiser mon esprit de déduction...

C’est au cours d’un échange avec un community-manager à qui j’exposais le mystère que je pus résoudre l’énigme. Ce dernier me dit qu’il avait un jour rencontré le même problème sur Twitter et que rien ne semblait justifier la dépublication, aucun gros-mot, aucune vulgarité, aucune injure raciale ou homophobe etc... Il faisait allusion à un poney.
What a coïncidence, moi aussi je parlais d’un poney dans mon post Facebook, ceci ne pouvait pas être un hasard me dis-je, une conspiration de jockey tout au plus !

Après quelques recherches le problème est identifié : Le 17 novembre 2012, la rumeur d’un nouvel algorithme de Google née suite à la constatation d’une chute de trafic généralisée sur des centaines de sites. Surnommé Pony (poney en français) par Searchmetrics, cet algorithme dé-réference certains mots-clefs et pages et provoque une baisse de la visibilité de sites.

(voir http:// blog.searchmetrics.com/us/2012/11/21/update-bell-googles-pony-update-is- shaking-the-serps/ et http://www.webrankinfo.com/dossiers/breves/update- pony).

Pour éviter toute attaque ou contestation Google blackliste les mots pony et poney, Twitter et Facebook font pareil et vlan passe moi l’éponge de la transparence et de la déontologie.
Le mystère du cheval de petite taille est résolu, reste à savoir si cet article va passer...

* champ obligatoire