Le slow media : dans l’ère du temps !

Le slow media : dans l’ère du temps !

17/02/2016

Le slow media : dans l’ère du temps !

On connaissait le slow food, ce mouvement né en Italie qui revendique le temps de cuisson d’un vrai ragù (3 heures minimum à feu très doux pour info !). Voici lentement mais sûrement, le slow media. 

Résumons d’abord le concept du slow movement.

Le slow movement propose une alternative au monde frénétique dans lequel nous vivons. Une approche de vie plus qualitative, un regard qui invite à repenser nos priorités. 

Décliné dans le secteur des médias, le slow movement (re)donne au journalisme sa force d’analyse. Il se traduit notamment par le retour des formats « longs ».  

Le slow media est d’abord apparu via les mooks, ces objets culturels entre « magazine » et « book » dont la revue XXI est l’inspirateur. Il s’est développé sur le support papier avec des titres comme La revue L'Eléphant. 

Aujourd’hui, le slow media tisse patiemment sa toile… sur la toile. Eh oui, le slow n’exclut pas le clic, l’instantané n’est pas incompatible avec le recul, le multimédia pas antinomique avec la richesse de l’information. Bien au contraire : son, vidéos et photos grand format contribuent à l’approfondissement d’un sujet.

Les sites de slow media affichent la force de leur positionnement : 

  • lequatreheures.com, une pause dans l’information
  • We Demain, une revue pour changer d’époque
  • Hors-serie.net, des entretiens filmés avec de la vraie critique dedans
  • Thinkovery, un savoir d’avance
  • les « topos » du site Merci Alfred, des articles longs mais marrants…

Testez et vous verrez : vous y reviendrez… avec une tasse de thé pour prendre le temps de savourer, par exemple, « Le test du Marshmallow » !