Emojis : l'Australie à côté de la plaque ?

Emojis : l'Australie à côté de la plaque ?

06/06/2019

Emojis : l'Australie à côté de la plaque ?

Depuis des années, les émojis envahissent nos espaces. A moins d'être perdu dans une tribu reculée au fin fond de la jungle, il est difficile d'y échapper tant ces petits symboles virtuels font partie intégrante de nos modes de communication. Via nos mails ou nos sms, et jusque dans les musées, même les plus réfractaires se sont laissés contaminer et les utilisent afin de transcrire leurs joies, leurs peines, leurs GRRRR et leurs coups de ❤!

Ces icônes modernes donnent désormais tout leur sens à nos messages, qu'ils soient personnels... ou institutionnels. En effet, même la « Grande Muette » se prête au jeu des émojis dans ses réseaux sociaux !

Mais, si en France nous en restons au domaine de nos communications digitales, le Queensland, un des États australiens, vient de franchir un cap en autorisant l'utilisation d'émojis sur les plaques d'immatriculation. Oui, vous avez bien lu, sur les plaques d’immatriculation !

Depuis le 1er mars en effet, les propriétaires de véhicules se voient offrir la possibilité d'accoler un de ces émoticônes* à leur plaque. Cependant, il n'est pas question de laisser complètement libre cours à la fantaisie ni de remettre en cause la législation concernant l’immatriculation. Les habitants du Queensland devront respecter les normes obligatoires comportant 3 lettres et 2 chiffres. Par ailleurs, sur les quelques 3000 émojis disponibles actuellement, seuls les 5 émojis suivants leur seront autorisés :

  • émoji avec des lunettes de soleil
  • émoji clin d'œil
  • émoji sourire
  • émoji mort de rire
  • émoji avec les yeux en cœur

À noter tout de même que la petite fantaisie a un coût, et pas des moindres : l’ajout d'un émoticône à sa plaque d’immatriculation s’élève à l’équivalent de 300€.

En France, la législation est plus stricte puisqu'aucune personnalisation n'est encore possible, même sur la partie concernant l'identifiant territorial. Le non-respect de ces règles peut d'ailleurs coûter jusqu'à 750€ d'amende au contrevenant.

Mais est-ce vraiment une grande perte pour l'automobiliste français ? Rappelons que l’État du Queensland a limité le nombre d'émojis à seulement 5 d'entre eux et uniquement sur des émoticônes « positifs ». Pourrait-on objectivement penser que les conducteurs français puissent se réduire à des émojis qui expriment… la bonne humeur ? Nous connaissons tous, au fond de nous, la réponse à cette question... ;)

* un ou une émoticône ? Au regard de ce que nous avons trouvé, du Larousse à Wikipédia, l’émoticône n’est pas genré !