Nouveaux mots ou comment la langue française s’enrichit chaque année

Nouveaux mots 2020

Nous voici en 2020 ! De rétrospectives en bêtisiers télévisuels, chaque début d’année est l’occasion de faire le bilan de la précédente. Et s’il est un domaine en perpétuelle évolution qui mérite une attention particulière, c’est bien celui de notre belle langue française.
Car cette langue est bien vivante et en constante mutation, enrichie chaque année par des néologismes parfois barbares, souvent pertinents. Symptomatiques d’une époque, les nouveaux mots contribuent à la compréhension de nouveaux concepts, de nouvelles modes, du renouveau technologique et des avancées sociétales.

Comment sont choisis les nouveaux mots ?

Avant de voir quelques-unes des entrées de cette année 2020, il convient d’aborder la méthodologie employée par les deux principaux dictionnaires qui ont chacun présenté leurs nouveaux crus en mai dernier.
Choisir quel nouveau mot mérite son intronisation ne se fait pas à la légère, et doit éviter l’écueil du mouvement de mode.
Pour le célèbre Larousse, un mot se doit justement d’être bien plus qu’un simple phénomène. Il ne doit pas être spécifique à une frange restreinte de la population et doit allier construction logique et vraie utilité sociétale.
Du côté du Robert, les spécialistes contributeurs scrutent, aussi bien dans les médias que sur le web, les termes les plus utilisés qui seront susceptibles de faire leur entrée dans la nouvelle édition.

Les tendances 2020

En ce début de nouvelle décennie, c’est en toute logique que des termes liés aux enjeux environnementaux, économiques et sociétaux font leur apparition dans notre lexique.
On y trouve donc à la fois des mots en lien avec l’écologie - bioplastique, dédiéselisation, les comportements émergents - adulescence, survivalisme, antispécisme…, les modèles économiques - cryptomonnaie, ubériser, smicardisation…, ou encore la sociologie - charge mentale, inclusif…
Comme souvent, on relève une certaine proportion de mots anglophones avec des termes comme bore-out ou encore darknet… Mais ces entrées sont contre-balancées par des termes issus de la francophonie comme par exemple le mot divulgâcher.

De l’importance des nouveaux mots dans la communication

La sphère professionnelle n’échappe pas à ce renouveau permanent. Le langage étant le premier vecteur de communication, il est tout à fait naturel que le métier de communicant en soit impacté. Qu’il s’agisse d’analyser une cible, des habitudes ou motivations d’achat ou encore de s’adapter aux mutations économiques et technologiques, le professionnel de la communication devra se tenir à jour des évolutions du langage. Ainsi, il saura mieux comment s’adresser au « millenial » qui « jobe » en « coworking » ou qui « scrolle » toute la journée devant son écran ;)
Et quel véritable challenge lorsqu’on pense à la production toujours croissante et toujours plus pointue de contenus rédactionnels à laquelle une agence comme la nôtre doit s’atteler !

Bioplastique : Plastique biodégradable.
Dédiésélisation : Ensemble des actions visant à réduire la proportion de véhicules fonctionnant au diesel dans le parc automobile.
Adulescence : période de la vie où de jeunes gens entrant dans l’âge adulte continuent à se comporter comme des adolescents.
Survivalisme : Mode de vie visant à se préparer, à plus ou moins longue échéance, à une catastrophe (environnementale, économique…)
Antispécisme : Refus de la notion de hiérarchie entre les espèces animales et de l’idée de supériorité de l’être humain sur les animaux.
Cryptomonnaie : Moyen de paiement virtuel, utilisable essentiellement sur Internet.
Ubériser : Rendre obsolète un modèle économique existant, via notamment l’utilisation de plateformes numériques.
Smicardisation : Tendance à l’augmentation du nombre de salariés dont la rémunération est durablement bloquée au smic ou à un niveau proche de celui-ci.
Charge mentale : Poids psychologique engendré par la gestion de tâches domestiques et éducatives, engendrant fatigue physique et psychique.
Inclusif : Qui intègre une personne ou un groupe.
Bore-out : Syndrome d’épuisement professionnel dû à un manque de travail, absence de tâches intéressantes à effectuer…
Darknet : Ensemble des réseaux permettant de partager de manière anonyme des données cryptées inaccessibles aux moteurs de recherche traditionnels.
Divulgâcher (Québec) : contraction des mots divulguer et gâcher, révéler prématurément un élément clef de l’intrigue d’une œuvre de fiction.
Millenial : personne ayant atteint sa majorité aux alentours de l'an 2000.
Jober : fait d’exercer un job, un travail.
Coworking : organisation de travail mettant à disposition des travailleurs indépendants un espace et des moyens partagés.
Scroller : faire défiler un contenu sur un écran.


Plus de nouveaux mots ici.

 

Parution : 30/01/2020

Fil RSS