Powerpoint : les conseils phares !

powerpoint

On dit qu’aux Etats-Unis dix slides (diapositives) suffisent pour convaincre, ou pas, des investisseurs et des fonds. C’est la méthode Google : si tu n’as pas convaincu en dix diapo, c’est que ton projet n’est pas clair et pertinent ! Faut dire que dans ce cas précis, vous ne disposez que de dix minutes pour défendre votre bébé.
Quoi qu’il en soit la méthode est bonne : une présentation doit être claire et efficace, quel que soit son nombre de pages et quel que soit le logiciel utilisé d’ailleurs (voir les alternatives au Powerpoint).


La structure, toujours la structure…

On commence par rédiger un plan avant de se lancer frénétiquement dans la création de diapositives. Ce plan sera la base de la structure de votre Powerpoint. Pour faire simple, chaque titre et sous-titre peut être une diapositive. On peut se dire que les titres feront l’objet de slides de type intercalaire avec titre et objet du chapitre, et que chaque page qui suivra sera sous-titrée et traitera d’une idée ou d’un argument particulier.


Une diapo = un message ou une idée !

Comme dans la vie, un message par support de communication est la base de la bonne compréhension et de la bonne transmission. Imaginez que je vous dise : « Il a perdu son chat hier soir et son voisin était malade alors qu’il pleuvait parce qu’on était dimanche ! »
Pas facile hein ? C’est normal, trop d’informations tue l’information principale. Pire, elle est la cause de quiproquos ( « quiproquo mi fili ». Attention blague de latiniste ou fan d’Asterix. Rendons à César ce qui appartient à César ! ).


Molo sur les couleurs et les animations

Ne perdez pas de vue votre objectif : l’idée du Powerpoint est généralement de transmettre ou défendre un projet voire un cours, et généralement dans un cadre professionnel. Votre but est de faire comprendre, pas de montrer que vous avez des talents de graphistes ou de directeur artistique ou que vous aimez les couleurs pastels. Optez pour une charte graphique simple et sobre que vous appliquerez à toutes vos pages (vous pouvez aussi utilisez un gabarit prêt à l’emploi).

Pour les animations, on s’arme de bon sens ! L’homme peut vite retrouver son instinct primaire quand il est dans une situation d’observation et focaliser soudainement sur l’objet animé et ne plus le quitter des yeux. Elle est où la baballe, elle est où ? :D
On privilégie les animations sur les chiffres par exemple, les graphiques ou les points à retenir. Bref, on anime uniquement ce qui doit retenir l’attention !


Une image vaut mille mots

C’est le vieil adage en communication alors on s’en sert ! Comme pour les animations, si vous utilisez des images, faites-le à bon escient. Elles doivent illustrer les faits importants de votre présentation et de vos propos afin de contribuer à leur mémorisation et/ou à leur compréhension.


On résume ?

On commence par faire un plan avec titres de chapitres et sous-titres.
Chaque diapositive doit illustrer une idée, avec des phrases clefs et des illustrations si elles aident à la compréhension du message à faire passer.
On choisit un modèle graphique simple et épuré qu’on applique à toutes les pages. Si on a une charte graphique d’entreprise, on la décline dans sa présentation.

Enfin, on n’écrit pas de textes longs qu’on va lire à son auditoire ! Rien de pire qu’un animateur qui lit ce qui est écrit dans son Powerpoint. Votre auditoire sait lire, il doit juste comprendre et retenir. Votre prez (si si on dit prez dans le milieu !) est simplement votre support qui affiche les éléments à retenir. Si vous avez besoin de notes pour vous aider, elles seront à côté de vous sur votre bureau.

Vous voilà prêts à défendre vos projets ! Et n’oubliez pas : dans Powerpoint il y a « pouvoir du point », c’est dire s’il faut être concis :)

Parution : 19/01/2022

Fil RSS